5.02.2016

Des forts de l'âge du fer en Europe ont été vitrifiés volontairement

Des scientifiques rapportent que de nombreux restes de forts de l'âge du fer qui recouvrent le paysage d'Europe de l'Ouest montrent qu'ils ont été intentionnellement incendiés par leurs constructeurs et non pas au cours d'intentions destructrices menées par des attaques ennemies.

Restes du fort de l'âge du fer, Kinnoull Hill Perth, Ecosse. Aaron Bradley, Wikimedia Commons

Une équipe de scientifiques, menée par Fabian Wadsworth de l'Université Louis-et-Maximilien de Munich en Allemagne, a fait des expériences sur du grès de Darley Dale, largement utilisé dans les constructions des forts de l'âge du fer (1200 avant JC à 100 après JC), en brûlant des échantillons et en analysant les résultats.

Les tests ont copié les effets notés dans les échantillons provenant de forts vitrifiés en Europe de l'Ouest. La vitrification est la fusion et le durcissement qui résultent des éléments constitutifs des matériaux soumis à des niveaux élevés de chaleur.

Ces résultats et l'explication proposée pour la vitrification des forts de l'âge du fer remettent en cause l'hypothèse de longue date selon laquelle tous les forts montrant ces caractéristiques avaient subi des intentions destructrices par des forces extérieures lors d'un combat.

Selon les auteurs, l'étude apporte une nouvelle crédibilité à une hypothèse longtemps rejetée selon laquelle au moins certains forts ont étaient volontairement incendiés par leurs constructeurs afin de fortifier les murs.

Wadsworth et ses collègues ajoutent, cependant, que la lithologie de chaque fort de l'âge du fer à travers l'Europe doit être étudiée afin de déterminer l'effet du feu sur chacun d'entre eux.

L'étude est publiée en détail dans  le Journal of Archaeological Science:


Source:


4.28.2016

Jordanie: un mur de 150 km de long déconcerte les archéologues

La récente cartographie d'un ancien mur s'étendant sur 150km en Jordanie laisse les archéologues perplexes: quand a-t-il été construit ? Qui l'a construit et dans quel but ?

Le tracé du mur vue du ciel. (Credit: APAAME_20051002_RHB-0068 © Robert Bewley, Aerial Photographic Archive for Archaeology in the Middle East)

Connu de nos jours sous le nom de "Khatt Shebib", l'existence du mur a été rapportée la première fois en 1948, par Sir Alec Kirkbride, diplomate britannique en Jordanie. Alors qu'il voyageait en avion, il vit "un mur de pierre s'étirant, sans but apparent, à travers le pays."

Les archéologues, et le projet Aerial Archaeology in Jordan (AAJ), ont étudié les restes du mur en utilisant la photographie aérienne. Les chercheurs ont découvert que le mur allait de nord-nord-est vers sud-sud-ouest sur une distance de 105km. La structure qu'ils ont trouvé contient des sections où deux murs s'étendent côte à côte et d'autres sections ou le mur bifurque. "Si nous ajoutons les étirements et saillies des murs parallèles, la longueur totale avoisine les 150km", écrit David Kennedy, professeur à l'Université d'Australie Occidentale, et Rebecca Banks, assistante de recherche à l'Université d'Oxford, dans un article publié dans le journal Zeitschrift für Orient-Archäologie.

Aujourd'hui, le mur est en ruines. Cependant, "même dans son état d'origine, il ne devait pas faire plus d'un mètre de haut et probablement moins de 50cm d'épaisseur", écrivent Kennedy et Banks.

Les ruines du mur s'étendent au-delà de l'horizon. (Credit: APAAMEG_20040527_RHB-0010 © Robert Bewley, Aerial Photographic Archive for Archaeology in the Middle East)

Le long de Khatt Shebib, les archéologues ont aussi trouvé les restes d'environ une centaines de "tours", mesurant 2 à 4 mètres de diamètre. Certaines d'entre elles ont été érigées après la construction du mur.

Ces tours semblent avoir eu des utilisations variées. "Certaines ont servit de refuge, comme abri pour la nuit. D'autres ont pu servir de poste d'observation. Certaines, peut-être, ont été placées pour que les chasseurs puissent se cacher jusqu'à ce que la faune des alentours soit assez proche pour l'attraper" suppose Kennedy.


Cette recherche laisse les archéologues avec une série de questions sans réponse: quand a-t-il été construit ? Qui l'a construit et pourquoi ?

Jusqu'ici, la seule information datée qu'ont les scientifiques provient de poteries trouvées dans les tours et autres sites le long du mur. En se basant sur ces artéfacts, le mur aurait été construit quelque part entre la période nabatéenne (312 avant JC à 160 après JC) et la période Umayyade (661 à 750 après JC).

Bien que l'un des royaumes ou empires qui ont régné en Jordanie sur cette longue période de temps ait pu construire le mur, la structure ne semble pas avoir été faite par un grand état. "Il est possible que des communautés locales, voyant ce que les voisins avaient fait et convaincu de son utilité, aient simplement copié la pratique" écrivent Kennedy et Banks.

La raison d'être de ce mur est aussi un mystère. Sa faible hauteur et son étroitesse indiquent qu'il n'a pas été construit pour des raisons défensives. Des traces d'agriculture ancienne sont plus visibles à l'ouest du mur qu'à l'est, ce qui suggère que la structure marquait une frontière entre les anciens fermiers et les pasteurs nomades. A moins qu'il n'ait marqué un autre type de frontière.

En fin de compte, des travaux sur le terrain sont nécessaires pour résoudre ces mystères. "La photographie aérienne ne résoudra jamais ces questions de finalité et de datation. Pour cela, nous avons besoin de faire des fouilles sur le site" écrivent Banks et Kennedy.

Une carte montrant la longueur de Khatt Shebib. Plusieurs sites archéologiques sont situés sur ou près du mur. A l'extrémité sud du mur on peut voir des sections où deux murs parallèles s'étendent au lieu d'un seul. (Dessin par R. Banks)

Source:

Derniers articles sur la Jordanie:



4.27.2016

Les anciens babyloniens utilisaient la géométrie pour suivre Jupiter

L'analyse d'anciennes tablettes babyloniennes a révélé que, pour calculer la position de Jupiter, les créateurs des tablettes utilisaient la géométrie.

Jusqu'à présent, les scientifiques estimaient que cette technique n'avait été développée que 1400 ans plus tard, au 14ème siècle en Europe.

Une tablette babylonienne où est noté la comète de Halley lors de son apparition en 164 avant JC, au British Museum à Londres

Ces tablettes sont les plus anciens exemples connus  d'utilisation de la géométrie pour calculer des positions dans le temps et l'espace.
De plus, cela suggère que les anciens astronomes babyloniens ont pu favoriser l'émergence de ces techniques dans les sciences occidentales.

Dans un rapport, Mathieu Ossendrijver discute de la traduction de quatre tablettes presque intactes qui ont probablement été "écrites" à Babylone entre 350 et 50 avant l'Ere Commune.

Elles représentent deux intervalles à partir desquels Jupiter apparaît à l'horizon, permettant de calculer la position de la planète à 60 et 120 jours.
Les textes contiennent des calculs géométriques basés sur un espace trapézoïdal, et ses côtés "courts" et "longs".

Auparavant, on pensait que les astronomes babyloniens utilisaient exclusivement des concepts arithmétiques.

Les anciens astronomes ont aussi calculé le temps que mettait Jupiter à couvrir la moitié de ces 60 jours de distance en partitionnant le trapézoïde en de plus petits espaces égaux.

Pendant que les anciens grecs utilisaient des formes géométriques pour décrire des configurations dans l'espace physique, ces tablettes babyloniennes utilisaient la géométrie dans un concept abstrait pour déterminer le temps et la vitesse, précise Ossendrijver.

Ces tablettes modifient nos livres d'histoire, en montrant que les érudits européens à Oxford et Paris au 14ème siècle, que l'on pensait être les premiers à développer de tels calculs, arrivaient en fait des siècles derrière leurs anciens homologues babyloniens.

Historiquement, l'origine de l'astronomie occidentale a été attribuée à la Mésopotamie, et les travaux, plus tard, dans les sciences exactes, furent inspirés des astronomes babyloniens.

En outre, l'astronomie ancienne aurait été développée par les sumériens ce qui nous fait remonter jusqu'à l'âge du bronze, que l'on retrouvera dans les anciens catalogues d'étoiles babyloniens, autour de 1200 avant l'Ere Commune.

Seuls des fragments de l'astronomie babylonienne ont survécu, documentés sur des tablettes d'argile avec des éphémérides et des textes de procédures.

Mais ces fragments survivants montrent que, selon l'historien A. Aaboe, l'astronomie babylonienne était "la première tentative très réussie pour donner une description mathématique précise de phénomènes astronomiques" et  "toutes les déclinaisons suivantes de l'astronomie scientifique, dans le monde hellénique, en Inde, dans l'Islam et en Occident (...) dépendent de l'astronomie babylonienne de façon décisive et fondamentale".

Source:

4.26.2016

Villa d'Hadrien: une nouvelle construction mise au jour à Tivoli

Une construction vieille de 1900 ans qui aurait servi d'appartement dans les domaines de l'empereur romain Hadrien a été découverte à Tivoli.

Les archéologues travaillant sur une villa construite pas l'empereur romain Hadrien ont découvert un bâtiment rempli d'ouvrages artistiques. Credit: Kevin MacNichol

Le bâtiment est remplie d'ouvrages luxueux. "La décoration exceptionnellement bien préservée des pièces comprend des sols en mosaïque avec des motifs végétaux et abstraits, des revêtements en marbre, des peintures murales et une fresque de plafond presque entière", écrivent les archéologues dans le résumé d'un document présenté récemment à la rencontre annuelle de l'Archaeological Institute of America à San Francisco.

La plupart des œuvres d'art sont en morceaux, et le processus de fouille et de conservation est difficile, selon Francesco de Angelis, professeur d'histoire de l'art et d'archéologie à l'université de Columbia à New York, et directeur de l'équipe de fouille: "C'est comme un puzzle, nous avons toutes les pièces, nous devons juste les remettre ensemble, et bien sûr les nettoyer et les consolider".

Le bâtiment qui vient d'être découvert était probablement utilisé comme appartement par une personne de haut rang, mais pas quelqu'un qui faisait partie de l'entourage proche de l'empereur, selon le professeur.

Des appartements similaires ont été trouvés dans la cité romaine d'Ostie. Ils sont "confortables, et ils sont somptueux dans une certaine mesure" mais il ne sont pas les maisons des aristocrates les plus riches, d'après de Angelis.

L'équipe a utilisé un mélange de techniques, dont les balayages radar, pour voir sous le sol du site. Elle a découvert que l'appartement fait partie d'un complexe plus grand non fouillé au sein de la Villa Hadrien.

"Le bâtiment que nous sommes en train de fouiller n'était pas isolé. Il faisait partie d'un groupe plus large de structures" continu de Angelis. Avec les balayages radar, le complexe apparaît presque comme un voisinage au sein de la villa bien que l'on ne sache pas à quoi ressemble le reste du complexe jusqu'à ce qu'il soit fouillé.

Les peintures murales colorées du bâtiment sont progressivement conservées et rassemblées. Credit: D. Nocera

La Villa d'Hadrien.

La Villa d'Hadrien est située  à environ 30km de Rome. A l'époque, elle occupait 120 hectares, presque deux fois la superficie de la ville de Pompéi (bien que la Villa Hadrien avait beaucoup plus d'espaces ouverts).

La villa contenait de nombreuses structures, dont des sanctuaires, des palaces, des bains, des bibliothèques et des jardins.

Hadrien, qui régna de 117 à 138 après JC, voyageait beaucoup à travers l'Empire Romain, et il devait y avoir de longs intervalles où il ne vivait pas dans la villa.

Après sa mort, ses successeurs ont continué d'utiliser la villa lorsque leur planning le permettait. "Les vrais habitants de la villa, si l'on veut, étaient le personnel qui y vivait et maintenait les lieux propres et préparés pour l'empereur lorsqu'il venait." ajoute de Angelis, notant que les preuves archéologiques suggèrent que le personnel  a occupé la villa de manière continue pendant plusieurs siècles.

L'équipe espère en apprendre plus sur eux lors de la prochaine saison de fouille.


Source:

Derniers articles sur l'Italie:

 

4.24.2016

Jordanie: des squelettes vieux de 9000 ans inhumés de façon étrange

Les archéologues danois ont mis au jour un site funéraire dans une ancienne ville dans le sud de la Jordanie.

Il semble que les morts n'étaient enterrés qu'après leur décomposition, jusqu'à ce qu'il ne reste plus que les ossements. Les squelettes étaient alors démantelés et les os de même type étaient enfouis ensemble.

Les squelettes ont été démontés et les os enterrés dans des endroits différents (photo: University of Copenhagen)

Selon Moritz Kinzel, Chercheur au département des études régionales et transculturelles à l'université de Copenhague: "les différentes parties des corps ont été triées et enterrées dans des fosses collectives, où nous avons trouvé les catégories spécifiques d'ossements rassemblés".


Un grand nombre d'enfants.

Les chercheurs danois sont toujours en train de fouiller le site, appelé Shkārat Msaied.

Jusqu'ici, ils ont trouvé les squelettes de plus de 70 personnes. "C'est intéressant de voir qu'il y a un nombre inhabituel d'enfants, rangés depuis les nourrissons jusqu'aux adolescents", ajoute Kinzel, "Il semble y avoir eu une forte tendance à enterrer les enfants à l'intérieur des maisons".

Ils ont déterrés trois nouveaux sites funéraires contenant au moins 10 enfants et 2 adultes, et il y a encore plusieurs autres sites à fouiller.

Des ossements d'animaux, comprenant des oiseaux, des renards, des chèvres et des moutons, ont été trouvés enterrés avec les restes humains. "Nous ne savons pas si ces enterrements sont liés à quelque chose de religieux, mais ils semblent être une sorte de comportement rituel associé aux funérailles" pense Kinzel.

Le Projet Shkarat Msaied Neolithic de l'Université de Copenhague. Photo: Department of Cross-Cultural and Regional Studies University of Copenhagen


Des ossements en boite.

Les ossements, pour la plupart, étaient séparés et placés dans des coffres situés à l'intérieur d'habitations privées. "Il y a, par exemple, un cercueil très fin en pierre dans lequel les crânes ont été mis ensemble à une extrémité et les os longs comme ceux des bras ou des jambes à l'autre extrémité" explique Marie Louise Jørkov, de l'université de Copenhague. Elle a ajoute que les vieux squelettes sont très fragiles et doivent être mis au jour avec délicatesse.

Certains d'entre eux ont été rapportés à Copenhague pour des études plus approfondies. "Nous sommes probablement en train d'avoir à faire à certains des premiers agriculteurs au monde; et leurs ossements peuvent nous apporter des informations sur leur style de vie et leurs maladies," ajoute Jørkov.

En effet, à l'époque où ces squelettes ont été enterrés, il y a 9000 ans, leur société subissait un bouleversement majeur en passant d'une vie nomade de chasseur-cueilleur à un mode de vie sédentaire et agricole.


Source:

Derniers articles sur la Jordanie:

4.19.2016

Des particules pour comprendre comment ont été construites les pyramides

Une équipe internationale de chercheurs va analyser des particules cosmiques recueillies à l'intérieur de la pyramide courbée (ou rhomboïdale) en Egypte.

Elle recherche des indices sur la façon dont elle fut construite et veut en apprendre plus sur cette structure vieille de 4600 ans.

 La pyramide rhomboïdale de Dashour. (AP Photo/Coralie Carlson, File)

Mehdi Tayoubi, président de l'Heritage Innovation Preservation Institute, a dit que des plaques mises à l'intérieur de la pyramide ont permis de recueillir des données sur des particules radiographiques, appelées muons, qui traversent l'atmosphère terrestre.

Les particules passent à travers les espaces vides, mais sont absorbées ou déviées par des surfaces dures.
En étudiant l'accumulation des particules, les scientifiques pourraient en apprendre d'avantage sur la construction de la pyramide, construite par le pharaon Snefrou. "Concernant la construction des pyramides, il n'y a pas de théorie unique prouvée ou vérifiée à 100%; ce sont toutes des théories et hypothèses" rapporte Hany Helal, Vice-Président de l'institut, "Ce que nous essayons de faire avec cette nouvelle technologie, est de pouvoir confirmer, modifier ou mettre à jour les hypothèses que nous avons sur la façon dont les pyramides furent construites".

La pyramide rhomboïdale de Dashour, juste à l'extérieur du Caire, se distingue par la pente courbée de ses faces. On suppose que ce fut la première tentative des anciens égyptiens de construire une pyramide à face lisse.

Le Projet Scan Pyramids, qui a annoncé en novembre dernier des anomalies thermiques dans la grande pyramide de Gizeh (voir l'article: Pyramides de Gizeh: découverte de mystérieuses anomalies thermiques), couple la technologie thermique avec l'analyse des muons pour tenter de percer les secrets de la construction de plusieurs anciennes pyramides égyptiennes.

D'après Tayoubi, l'équipe est sur le point de commencer les préparations pour les tests aux muons dans la plus grande des trois pyramides de Gizeh, la pyramide de Khéops: "Même si nous trouvons un seul mètre carré vide quelque part, cela nous apportera de nouvelles questions et hypothèses et peut-être que l'on pourra résoudre certaines questions de manière définitive".

Source:

Derniers articles sur l'Egypte:

4.15.2016

Des chercheurs trouvent le site exact des pendaisons suite aux procès des sorcières de Salem

Une équipe de chercheurs, s'appuyant sur des documents historiques et des techniques de pointe archéologiques, a pu confirmer le lieu où 19 personnes innocentes furent pendues lors des procès des sorcières de Salem, il y a un peu plus de 300 ans.

Une vue de Proctor's Ledge

Le site, connu sous le nom de Proctor’s Ledge, est un petit terrain appartenant à la ville niché entre deux rues résidentielles et derrière une pharmacie, a rapporté le professeur Emerson “Tad” Baker de l'université d'état de Salem. Il fait partie de l'équipe des sept chercheurs.

L'historien Sidney Perley avait déjà désigné Proctor’s Ledge, il y a presque un siècle, comme étant le site des pendaisons, grâce aux documents historiques. Mais ses découvertes furent oubliées avec le temps, et, les mythes, idées fausses et autres théories du complot avaient reprit leur place.

"Nous sommes heureux de pouvoir clore des années de débat. Notre analyse s'est fondée sur plusieurs axes de recherche afin de confirmer le lieu des exécutions" a dit Baker.

Les représentants de la ville ont confirmé que l'équipe de chercheurs a utilisé la technologie des systèmes sonar ainsi que des témoignages oculaires provenant de documents datant des procès des sorcières de Salem, il y a plusieurs centaines d'années.

Cette étude, connue sous le nom de Gallows Hill Project, est en train de corriger les mauvaises informations qu'ont beaucoup de gens sur  l'un des épisodes les plus tragiques de l'histoire Américaine.

Le Professeur Tad Baker sur le site de Proctor’s Ledge où furent pendues les accusées. Photo: Ken Yuszkus - http://www.salemnews.com

"C'est plus une histoire de guérison qu'une découverte" ajoute Baker. En effet, vingt personnes suspectées de sorcellerie furent tuées à Salem en 1692, lors d'une frénésie alimentée par la superstition, la peur de la maladie et des étrangers, et des jalousies mesquines.

Dix-neuf furent pendues, et un homme fut écrasé à mort par des blocs de pierres. "Les procès des sorcières a jeté une ombre sur l'histoire de Salem" continu Baker

Le sommet de Gallows Hill avait longtemps été considéré comme le site des pendaisons, mais il n'y avait aucun élément qui permettait de le confirmer. Proctor’s Ledge se situe au pied de Gallows Hill.

Afin de déterminer l'endroit, l'équipe a cherché les témoignages oculaires des pendaisons, puis ils ont utilisé la photographie aérienne actuelle ainsi que la radar à pénétration de sol qui n'existait pas il y a un siècle.


Les chercheurs ont fait d'autres découvertes intéressantes.

Ils ont pu déterminer qu'il n'y a probablement jamais eu de potence sur le site. Il est plus que probable que les bourreaux ont jeté une corde sur un grand arbre.  
Baker a aussi souligné qu'il n'y aucune preuve que les victimes aient été enterrées à Proctor’s Ledge: c'est trop rocailleux et le sol est trop peu profond.

"Je pense que connaître l'endroit exact où les exécutions ont eu lieu est important car nous voulons une histoire juste" a rapporté le maire Kim Driscoll, "c'est aussi une opportunité de se réunir et de reconnaître l'injustice et la tragédie."

Pour Baker, un mémorial sur le site est important: "Nous devons marquer précisément ce lieu afin que cela ne soit jamais perdu à nouveau".


Source:

Derniers articles sur les Etats-Unis:

4.13.2016

Crête: la cité de Knossos était trois plus grande que ce que l'on croyait

Entourée par des eaux turquoises sous le soleil de méditerranée, la Crête, située dans le sud de la mer Egée, est la plus grande île au large de la Grèce.

Des chercheurs de l'université de Cincinnati et le Knossos Urban Landscape Project (de l'UCL) ont constaté, lors de fouilles d'anciennes maisons et cimetières, que Knossos était trois fois plus grand que ce qui avait été estimé auparavant.

Knossos était la capite de la Crête Minoenne et le coeur de la civilisation minoenne. Image credit: Bernard Gagnon / CC BY-SA 3.0.

Dans un communiqué sur les découvertes, ils ont écrit que les tombes s'étalaient sur une plus grande surface que prévu, avec un énorme trésor de céramiques, de bijoux, d'objets en bronze et autres effets personnels.

Tous ces objets avaient été importés, ce qui suggère que la cité commerçait avec la Grèce, Chypre, le Proche Orient, l'Egypte, l'Italie et toute la Méditerranée.

Knossos est considérée comme étant la plus ancienne cité d'Europe, une métropole de l'âge du bronze qui a surgit grâce aux Minoens, la première civilisation avancée d'Europe.

Sir Arthur Evans, l'archéologue britannique qui découvrit le plus célèbre monument archéologique de Crète, le Palais de Cnossos, nomma cette ancienne civilisation d'après le Roi Minos. Ce personnage mythologique qui, selon la légende, ordonna la construction du labyrinthe abritant le minotaure.

La culture minoenne sur l'île de Crête se termina aux alentours du 15ème siècle avant JC, et la plupart des travaux archéologiques s'étaient concentrés sur la découverte de vestiges qu'ils avaient laissé derrière eux.

Cependant, le récent projet s'est penché sur l'examen d'artéfacts plus récents. Il a été découvert que la cité s'était remise de l'effondrement de son système socio-politique aux alentours de 1200 avant JC et qu'elle prospéra pendant l'âge du fer qui suivit l'âge du bronze.

Les artéfacts qu'ils ont trouvé suggèrent que Knossos est devenu un centre commercial dynamique, échangeant des biens avec les régions des alentours.

La réputation actuelle de la Crète, qui est un paradis pour les touristes qui veulent profiter des plages de l'île et des hôtels haut de gamme, inquiète les archéologues, surtout à la lumière de leurs récentes découvertes.

Ils espèrent travailler avec les habitants locaux pour préserver les sites qui pourraient contenir des restes précieux de Knossos.


Source:

Derniers articles sur la Crête: