10.05.2011

Quand les enfants apprenaient l'art rupestre il y a 13000 ans


Une conférence sur l'archéologie de l'enfance à l'université de Cambridge est entrain de révéler les dernières recherches sur l'art réalisé par de jeunes enfants dans l'une des plus célèbres grottes ornées préhistoriques en France: le complexe de cavernes à Rouffignac également connue comme la grotte des Cent Mammouths.

 Des recherches suggèrents que des oeuvres de ce genre ont été créés il y a 13.000 ans par les enfants dans des grottes en Dordogne. Photo: Université de Cambridge / PA


Artiste dès 3 ans.

L'archéologue Jess Cooney, de Cambridge,  explique comment la recherche méticuleuse a permis d'identifier à la fois l'âge et le sexe de l'enfant qui a créé une forme d'art simple appelée tracés digitaux, il y a environ 13.000 ans. Son travail révèle que certains des tracés étudiés ont été faits par un enfant de trois ans et l'artiste la plus prolifique était une fille de cinq ans.
Les archéologues avaient déjà réalisé que des enfants avaient produit quelques-uns des tracés lors d'une visite en 2006. Cependant, le travail de terrain effectué cette année par Cooney et le Dr Leslie Van Gelder de Walden University, montre à quel point ils étaient jeunes.

Chaque année des milliers de personnes visitent les grottes de Rouffignac en Dordogne pour y admirer l'art rupestre: des images éclatantes d'animaux dessinés sur les surfaces de profondes cavernes profondes à l'intérieur d'une colline.
Toutefois, les superbes dessins de mammouths, de rhinocéros et de chevaux ne représentent qu'une petite partie de l'art rupestre qui se trouve dans ce système  grottes (sur 8 kilomètres !).

Il y a aussi ces milliers de lignes qui parcourent les plafonds et les murs de nombreuses galeries et passages qui composent le complexe. Bien qu'impossible à dater avec précision, les images trouvées à l'intérieur des grottes de Rouffignac (en fait, un réseau créé par les systèmes fluviaux) sont susceptibles d'avoir au moins 13.000 ans.


Être enfant pendant la préhistoire.

Les grottes en elles-mêmes sont connues depuis le 16ème siècle: en 1575 François de Belleforest écrit sur ​​la peinture dans son livre La Cosmographie universelle de tout le monde.
Et, pendant des siècle, les visiteurs ont ajouté leurs propres graffitis créant un puzzle frustrant pour les archéologues. Il a fallu attendre 1956 pour que des experts se rendent compte que certains des ouvrages remontaient à la préhistoire. Les dessins ont fait l'objet d'études intensives depuis. Mais ce n'est que récemment que les archéologues ont tourné leur attention vers les tracés digitaux, moins spectaculaires, dont presque tous sont faites sans application de pigment.
Les indices suggèrent qu'ils datent de la même période que les animaux peints et gravés - une ère de chasseurs-cueilleurs de la culture connue sous le nom Magdalénien également impliqués dans l'art rupestre de Lascaux.

Cooney a montré, lors de la conférence, comment il a été possible de déterminer non seulement l'âge et le sexe de l'enfant qui a fait la marque mais aussi d'identifier les enfants par leur «signature». Elle a également soulevé des questions plus larges telles que qu'est-ce que cela signifie d'être un enfant dans la préhistoire ?
"C'est le genre de question que vous vous posez lorsque vous êtes profondément sous terre dans une grotte et que vous regardez, éclairé par le faisceau d'une lampe de poche, ces tracés effectués il y a des milliers d'années", a déclaré M. Cooney.


Une méthodologie précise pour déterminer l'âge et le sexe.

Pour mener à bien ses études, Cooney a utilisé une méthodologie développée par Van Gelder et feu le Dr Kevin Sharpe, qui se sont penchés ensemble sur les tracés digitaux dans la grotte de Rouffignac.

L'analyse statistique des milliers de largeurs de mains de personnes contemporaines, à la fois d'enfants et d'adultes, a jeté les bases pour l'identification des individus âgés de sept ans ou moins basé sur la largeur des trois doigts du milieu.
Cooney précise ainsi: «En 2006, Sharpe et Van Gelder avaient développé une technique pour déterminer l'âge et le sexe des enfants à partir des impressions des mains, grâce à ces tracés. Il s'agit d'une méthode étonnamment précise. En mesurant les tracés à Rouffignac avec et en les jumelant avec les données modernes, nous avons pu donner l'âge de l'enfant qui les a faites jusqu'à sept ans. De même, si nous avions un profil de doigt assez clair, nous avons su dire à 80 pour cent de précision si l'individu était de sexe féminin ou masculin. Cela fonctionne avec les enfants mais aussi les adultes. En utilisant la méthodologie, nous pouvons également identifier les marques faites par le même enfant »,

Les tracés faits par les enfants apparaissent dans chaque chambre à travers les grottes, même celles qui sont à  45 minutes de marche de l'entrée. Certains des tracés d'enfants sont hauts sur les murs, voire sur les plafonds, ils doivent avoir été portés ou étaient assis sur les épaules de quelqu'un. Les archéologues ont trouvé des marques faites par des enfants âgés entre trois et sept ans, et ils ont pu identifier quatre enfants distincts en faisant correspondre leurs marques.

"Le plus prolifique des enfants qui a fait des tractés était âgé d'environ cinq ans, et nous sommes presque certains que l'enfant en question était une fille. Sur quatre enfants, nous savons au moins que deux étaient des filles. L'une des cavernes est si riche en tracés d'enfants qu'on pense qu'elle devait être un espace spécialement pour eux " ajoute Cooney.

Les tracés digitaux sont visibles également dans d'autres grottes en France, Espagne, Nouvelle-Guinée et Australie. A ce jour, leur signification n'est pas encore connue.


Source:

Derniers articles sur l'art rupestre:

  © Blogger template 'Isfahan' by Ourblogtemplates.com 2008

Back to TOP