10.11.2012

Découverte de dessins gravés sur les pierres de Stonehenge

Une étude détaillée au scanner laser de l'ensemble du monument a permis la découverte de 72 gravures de l'âge de bronze ancien dans 5 des pierres géantes.


Toutes ces œuvres d'art préhistoriques qui viennent d'être découvertes sont invisibles à l'œil nu; elles n'ont été mises en lumière qu'à la suite d'une étude au scanner laser qui a enregistré des milliards de micro-points de la topographie des surfaces des 83 pierres restantes du monument.

Au total, ce sont près de 850 giga-octets de données qui ont été recueillies.

L'analyse détaillée de ces données - réalisée pour le compte de l'English Heritage - a révélé que des formes avaient été gravées sur les pierres afin de créer des images de différentes tailles.


72 images découvertes !

Sur l'ensemble de ces dessins gravés qui viennent d'être découverts par l'analyse des données, 71 dépeignent des têtes de hache de l'Âge du Bronze haches et une concerne une dague de l'Age du Bronze.
Avant ces étude au laser, 46 autres dessins gravés (également des têtes de hache et des poignards) sont connus ou soupçonnés à Stonehenge; pour la plupart, ils ont été identifiés visuellement dans les années 1950.

Les 72 nouveaux dessins découverts ont «presque triplé le nombre de sculptures connues à Stonehenge. Et, cette galerie d'art du monument, en grande partie, constitue aujourd'hui la plus importante collection de gravures rupestres préhistoriques dans le sud de la Grande-Bretagne.

Bien qu'elles soient aujourd'hui en grande partie invisible à l'œil nu, à l'Âge du Bronze, Ces images gravées dans la pierre non altérée (et donc de couleur plus claires) étaient clairement visibles.

Ces révélations sont susceptibles d'avoir d'une grande importance pour la compréhension d'une partie essentielle de la vie de Stonehenge en tant que temple préhistorique.
On sait déjà que, lors de la phase principale de la construction du monument au milieu du troisième millénaire avant JC, il avait été conçu avant tout comme un temple solaire, aligné sur les solstices d'hiver et d'été.

Mais, comme Stonehenge évoluait au cours des siècles suivants, la mesure dans laquelle d'autres fonctions religieuses ont pu être ajoutées n'est pas encore connue.
Certes, dans la période 1800-1500 avant JC, un grand nombre de tombes monumentales individuelles ont été construites dans le paysage autour de Stonehenge. Des structures supplémentaires, comme des fosses rituelles circulaires, ont été disposées autour du monument.


La signification folklorique des haches et des poignards

Les têtes de hache taillées et les poignards appartiennent aussi à cette période énigmatique et peuvent représenter une sorte d'expansion ou de changement dans la fonction religieuse du grand cercle de pierres.

Ci-dessus: une image obtenue à partir d'un scanner laser; elle est tirée du plus grand ensemble de têtes de haches sculptées à Stonehenge. 75 % de ces images étaient inconnues auparavant...
ArcHeritage/English Héritage
Ci-dessous: Les dessins de tous les têtes de hache sont reproduits. Les verts sont de nouvelles découvertes. Les marrons sont connues ou soupçonnées depuis les années 1950.
ArcHeritage/English Héritage 

Dans la tradition indo-européenne, les haches sont souvent associées aux divinités des tempêtes. Et, certaines croyances folkloriques européennes suggèrent que lorsque la lame de la hache est tournée vers le haut, elle sert de talisman magique pour protéger les cultures, les personnes et les biens contre la foudre et les tempêtes.

Il doit donc donc y avoir potentiellement une explication si chacune des têtes de hache de Stonehenge pointent leur lame vers le ciels, tandis que les poignards pointent vers le bas.
Les têtes de hache ont pu être gravées comme offrande votive pour apaiser un dieu de la tempête et ainsi protéger les cultures.

Il doit aussi y avoir une raison si la majorités des dessins gravés se trouvent face à un ensemble de tombes à proximité (aux environs de la même période) ou le centre de Stonehenge lui-même.

De rares indices provenant d'ailleurs en Grande-Bretagne suggèrent que les sculptures de têtes de hache et de poignards pourraient avoir des associations funéraires.

Les données du scanner laser montre que la plupart des images de têtes de hache ont exactement les mêmes dimensions que presque une demi-douzaine d'autres images de la "galerie d'art" préhistorique de Stonehenge.
Ceci suggère que de véritables haches ont été utilisées comme pochoirs pour produire ces images.
Si c'est le cas, les plus grandes haches dépeintes, jusqu'à 46 centimètres de long, représentent des objets qui étaient beaucoup plus grands que ce que les archéologues ont déjà trouvé. ces haches devaient être destinées a un usage purement cérémoniel ou rituel.

"Ces nouvelles découvertes sont d'une importance énorme. elles montrent également comment les nouvelles technologies peuvent extraire des informations cruciales et jusque là insoupçonnées d'un monument comme Stonehenge", a déclaré Marcus Abbott, chef de la géomatique et de la visualisation à ArcHeritage.

"Alors que les images jusqu'alors invisibles ont commencé à apparaître sur nos écrans d'ordinateur, nous avons regardé avec incrédulité la quantité considérable de sculptures révélées", a-t-il ajouté.


L'étude a également apporté de nouvelles connaissances sur Stonehenge.

Elle a révélé, grâce à l'examen de la façon dont les surfaces des pierres ont été finement travaillées, que le temple préhistorique tout entier a été construit pour être vu, à l'origine, depuis le du nord-est.
C'est d'ailleurs le côté du monument qui est approché par ce que les archéologues ont longtemps cru être une voie processionnelle, alignée avec les solstices.
Il semble maintenant que Stonehenge a été construit pour être vu de cette direction; cela suggère qu'une sorte de procession religieuse faisait son chemin vers le monument, le long de cette route, sans doute au milieu de l'hiver et de l'été.

L'analyse détaillée des données montre également que l'une des pierres du côté sud-ouest du monument a également été délibérément travaillée et façonnée pour permettre une ligne de vue jusqu'au soleil couchant le jour du solstice d'hiver.
Ceci, suggère que le côté sud-ouest du monument fut entièrement fonctionnel, mettant à mal les théories arguant que Stonehenge ne fut jamais achevé.

Cela implique donc, qu'à un certain stade de son histoire, il y a eu une tentative délibérée de sa destruction.

Ce qui est particulièrement étonnant, est la découverte grâce au scanner laser que les tailleurs de pierre préhistoriques, qui ont participé à la création de Stonehenge, ont utilisé deux techniques de travail de la pierre.

Le travail de la pierre de façade sur le grand cercle du monument (les deux montants et les linteaux) a été effectué en travaillant parallèlement aux côtés longs des pierres, alors que les cinq pierres de trilithe au sein du grand cercle ont été travaillées en angle droit par rapport aux côtés des pierres.
Ce fait, jusque-là inconnu, suggère que les grands trilithes peuvent avoir été construits peu avant le grand cercle plutôt que d'en être contemporains.


Source:

Derniers articles sur Stonehenge:

1 commentaires:

Anonyme 6:43 AM  

Comme quoi Stonehenge continue à nous surprendre.
Merci pour cet article.

  © Blogger template 'Isfahan' by Ourblogtemplates.com 2008

Back to TOP