12.09.2013

Chasseurs-cueilleurs et agriculteurs ont vécu côte à côte pendant 2000 ans en Europe Centrale !

Une étude réalisée par l'Institut d'anthropologie à l'Université Johannes Gutenberg de Mayence (JGU) et publiée dans la revue Science, montre que les chasseurs-cueilleurs indigènes du mésolithique et les agriculteurs immigrants du néolithiques ont vécu côte à côte pendant plus de 2000 années en Europe centrale !


 Fouilles dans la grotte de Blätterhöhle en Westphalie. Image: Historisches Zentrum Hagen/L. Orschiedt

Comprendre la nature du premier contact .

L'anthropologue professeur Joachim Burger, de Mayence, a dirigé l'équipe qui a examiné les restes humains de la grotte Blätterhöhle près de Hagen en Allemagne, où des chasseurs-cueilleurs et des agriculteurs ont été trouvés enterrés.

Ils ont utilisé des isotopes stables pour déterminer le régime alimentaire, l'ADN pour étudier la façon dont les individus étaient liés et le radiocarbone pour établir l'âge des restes.

"Il est communément admis que les chasseurs-cueilleurs d'Europe centrale ont disparu peu de temps après l'arrivée des agriculteurs", explique le Dr Ruth Bollongino, auteur principal de l'étude, "mais notre étude montre que les descendants des Européens Mésolithiques ont maintenu leurs mode de vie  de chasseurs-cueilleurs en parallèle avec les agriculteurs immigrants, pendant au moins 2.000 ans. Le mode de vie des chasseurs-cueilleurs s'est éteint en Europe centrale il y a environ 5.000 ans, soit plus tard qu'on ne le pensait auparavant."

"Jusqu'à il y a environ 7500 années, tous les Européens du centre étaient des chasseurs-cueilleurs", a ajouté le professeur Mark Thomas, professeur de génétique évolutive à l'UCL et co-auteur de l'étude, "ils étaient les descendants de la première vague de notre espèce arrivée en Europe, il y a environ 45.000 ans. Ils ont survécu à la dernière période glaciaire et au réchauffement qui a commencé il y a environ 10.000 ans. Et maintenant, il semble qu'ils aient aussi survécu à la première vague d'agriculteurs qui s'est propagée à travers l'Europe depuis le sud-est du continent".

Des études génétiques antérieures, par le groupe du professeur Burger, ont indiqué que le mode de vie agraire sédentaires ont été apporté en Europe centrale il y a environ 7500 ans par des agriculteurs immigrants en provenance du sud. Et, comme peu de traces d'un mode de vie de chasseur-cueilleur avaient été consignées dans les dossiers archéologiques, cela avait renforcé l'hypothèse largement répandue selon laquelle les chasseurs-cueilleurs du mésolithique avaient soit disparu ou alors avaient été absorbés par les populations agricoles.

Cette nouvelle étude a toutefois permis de déterminer que ces tribus préhistoriques restées à proximité des agriculteurs, ont eu un contact physique avec eux pendant des milliers d'années et ont même enterré leurs morts dans la même grotte.


Un contact avec des conséquences.

Ce contact étroit n'était pas sans conséquence: ainsi il est suggéré que les femmes de chasseurs-cueilleurs ont parfois été «mariées» dans les communautés agricoles, alors que l'inverse n'a pas été trouvé (aucune lignée génétique de femme agricultrice n'a été trouvé dans l'ADN des chasseurs-cueilleurs).

"Ce modèle de mariage se retrouve dans de nombreuses études des populations humaines dans le monde moderne", explique Burger.

Selon l'étude paléogénétique publiée dans la revue Science, l'équipe a examiné l'ADN à partir des os trouvés dans la grotte de Blätterhöhle en Westphalie, qui est en cours de fouille par l'archéologue de Berlin, Jörg Orschiedt .

Il s'agit de l'une des rares traces de présence continue de ces peuples nomades sur une période d'environ 5000 ans.

Pendant longtemps, les chercheurs de Mayence furent incapables de donner un sens aux résultats. "Ce n'est que par l'analyse des isotopes dans les restes humains, effectuées par nos collègues canadiens, que les pièces du puzzle ont commencé à s'assembler", déclare Bollongino, "cela montre que les chasseurs-cueilleurs se sont maintenus en Europe centrale et du Nord avec un régime alimentaire très spécialisé qui incluait les poissons, entre autres choses, jusqu'à il y a 5000 ans."

Qui plus est, les chasseurs-cueilleurs vivant dans la même période de temps que les agriculteurs étaient génétiquement plus similaires aux chasseurs-cueilleurs pré-agricoles que les agriculteurs contemporains .


Un bassin génétique européen.

L'équipe a poursuivi l'étude sur l'impact que les deux groupes ont eu sur le patrimoine génétique des Européens modernes.

Le Dr. Adam Powell, généticien des populations à l'Institut d'anthropologie JGU, explique que: "ni les chasseurs-cueilleurs, ni les agriculteurs peuvent être considérés comme les seuls ancêtres des européens du centre des temps modernes. 
L'ascendance européenne reflète un mélange des deux populations, et la question en cours est de savoir comment et dans quelle mesure ce mélange s'est passé. "

Il semble donc que le mode de vie des chasseurs-cueilleurs s'est éteint en Europe centrale il y a environ 5.000 ans. L'agriculture et l'élevage sont alors devenus la seule façon de vivre.

Cependant, certains agriculteurs préhistoriques avaient des ancêtres chasseurs-cueilleurs européens du mésolithiques... et ces gènes (apportés par le mariage des filles dans les familles d'agriculteurs) se retrouvent encore de nos jours dans les pays d'Europe centrale.

Source:

Derniers articles sur l'Allemagne:

  © Blogger template 'Isfahan' by Ourblogtemplates.com 2008

Back to TOP