6.27.2016

La télédétection par laser révèle des routes romaines oubliées en Angleterre

Depuis 1988, l'Agence Environnementale d'Angleterre (Environment Agency) utilise des lasers pour scanner et cartographier les paysages anglais; cela permet d'aider à des travaux comme la modélisation des inondations ou le suivi de l'évolution des côtes.

Mais les données LIDAR (Light Detection and Ranging) sont aussi disponibles au public et elles ont été utilisées dans de nombreux cas: depuis la construction de mondes virtuels jusqu'à la gestion des forêts.

Le fort romain de Vindolanda mis en image avec l'utilisation des données LIDAR. Source: Gov.uk

Ces mines de données fournies par le LIDAR se sont avérées particulièrement utiles pour les archéologues cherchant à cartographier les routes romaines "perdues", depuis des milliers d'années pour certaines d'entre elles.

Leurs découvertes donnent des indices à l'un des chapitres négligés de l'histoire de la Grande-Bretagne Romaine: les routes construites pour aider les légions de Rome à conquérir et contrôler le nord de l'Angleterre.

Pendant des décennies après l'invasion de 43 après JC, une grande partie de la région du Nord (comprenant le Lancashire, Yorkshire et Cumbria) était contrôlée par une tribu Celte appelée Brigantes.

L'historien et sénateur romain Tacite écrivit que l'échec du mariage entre la Reine Cartimandua des Brigantes, alliée romaine, et son mari Venutios, a conduit à une épreuve de force avec Rome. En effet, à la suite de leur divorce, Venutios organisa une révolte en 69 après JC alors que Cartimandua prit la fuite.

L'empereur Vespasien envoya alors des forces sous l'autorité du nouveau gouverneur de Grande-Bretagne, Quintus Petilius Cerialis, pour écraser la rébellion et conquérir le nord de l'Angleterre.

Les constructions des routes pour relier les forts et les implantations à travers le paysage accidenté étaient une partie vitale de cette conquête du Nord qui dura plusieurs décennies.


David Ratledge recherche les routes romaines dans le Lancashire depuis plus de 45 ans; récemment, il a utilisé les données LIDAR de l'Agence Environnementale et a découvert 17km d'une route romaine "perdue" entre Ribchester et Lancaster: "C'étaient les sites romains les plus importants du comté, aussi de bonnes communications entre eux devaient être essentielles (...). Auparavant, dans le Lancashire, nous n'avions que des photos aériennes datant des années 1940 aux années 1960; mais les caractéristiques du paysage sur ces photographies n'étaient visibles qu'après une période de sécheresse et nous n'en avons pas eu beaucoup ! Avec le LIDAR, une fois que l'on sait ce que l'on cherche, c'est parfaitement évident: on sait que l'on a trouvé une route... C'est révolutionnaire.

Les données LIDAR ont joué un rôle clé dans la recherche des routes romaines dans le Lancashire: cette parcelle a aidé à révéler la partie d'une route entre Ribchester et Catterall (entre les pointillés rouges). Source: Gov.uk

Les routes romaines étaient de grandes structures, mesurant généralement 5 à 7 mètres de large et pouvant s'élever de 50cm au centre. Cependant, près de deux mille ans d'érosion font qu'il est souvent très difficile de les localiser au niveau du sol.

David Ratledge ajoute que: "La préservation des restes varie de manière importante. Des parties de la route peuvent encore avoir 50cm de haut et être facilement repérables, et d'autres parties sont si subtiles qu'on ne peut que les manquer."

Les spécialistes Hugh Toller et Bryn Gethin ont trouvé au moins 4 routes romaines "perdues" dans le pays grâce au LIDAR, et beaucoup d'autres découvertes potentielles attendent d'être confirmées par des fouilles sur le terrain.

Dans le Comté de Cumbria, Hugh a utilisé les données LIDAR pour vérifier le trajet d'une route entre le fort Romain de Low Borrowbridge, près de Penrith, jusqu'à Kirkby Thore, le site d'un camp romain de cavalerie.

C'est une partie manquante d'une route connue, appelée Voie Maiden, et qui continue vers le Château Whitley et le Fort romain de Carvoran, en Northumbrie (près du Mur d'Hadrien).


Selon Hugh Toller: "Souvent, il y a de vagues indications d'une route mais pas assez d'éléments pour être sûr. Avec le LIDAR, nous pouvons localiser chaque agger (levée de terre ou fortification autour d'un camp romain); et si l'on trouve 2 ou 3 km de ces lignes à travers le paysage, cela ne peut être rien d'autre qu'une route romaine."

Souvent les routes romaines sont très difficiles à localiser au niveau du sol, comme on peut le voir sur ces photos. Source: Gov.uk

Hugh travaille actuellement sur quatre autres routes romaines dans le nord de l'Angleterre découvertes grâce au LIDAR. Cela devrait permettre d'en savoir plus sur l'histoire de la Grande-Bretagne romaine.

Ces routes vont de Whitley Castle à Corbridge, de Bainbridge vers le nord de Wensleydale, d'Ambleside vers Papcastle et d'Ambleside vers Carlisle. Il y a plusieurs autres routes "perdues" qu'il prévoit de remettre sur la carte.

Prochainement, il pourrait y avoir de nombreuses autres découvertes sachant que l'Agence Environnementale est en train de rendre en libre accès les 11 terabytes de données LIDAR dans le cadre de l'initiative #OpenDefra.

Ces données sont disponibles pour tout le monde sur le site Geostore.

Pour Martin Whitworth, directeur adjoint à l'Agence Environnementale: "Les archéologues ont été pionniers en nous montrant ce que l'on pouvait faire avec les données LIDAR. En laissant ces données en libre accès nous espérons non seulement obtenir de nouvelles informations sur le passé mais aussi aider les entrepreneurs, les porteurs de projet et les communautés à se tourner vers l'avenir et trouver une façon dont ces données pourraient être utilisées pour bénéficier à l'environnement et l'économie rurale."

Depuis la gestion des forêts aux applications pour les randonnées, des jeux de construction aux choix pour planter des cultures, les utilisations des données LIDAR sont sans fin.

Relecture par Marion Juglin
Source:

Derniers articles sur l'Angleterre:

1 commentaire:

Navigateur Moetai a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.