9.21.2016

Les cuisines restaurées de Pompéi nous montrent comment cuisinaient les romains

Avant d'être enfouies par l'éruption volcanique en 79 après JC, les cuisines de la Fullonica di Stephanus de Pompéi fournissaient de la nourriture pour les domestiques de cette laverie sur trois étages.

La Fullonica était l'endroit où les riches patriciens romains envoyaient leurs toges afin d'être lavées dans d'immenses bains d'argile et d'urine. Les vêtements étaient ensuite rincés, séchés et mis dans des presses spéciales pour assurer leur retour à leurs nobles propriétaires sans avoir de pli.

Les cuisines de la Fullonica di Stephanus. Photo: Archaeological Superintendency of Pompeii

Grâce à une remise en état récemment terminée, les cuisines à l'intérieur de la Fullonica apparaissent aujourd’hui comme elles étaient il y a 2000 ans, avec ses grils en métal, ses pots, casseroles et vaisselles en terre cuite.

Cela fourni un aperçu intéressant sur les pratiques culinaires romaines. Ainsi, les romains cuisinaient leur nourriture au-dessus de fosses spécialement conçues, dans lesquelles reposaient des lits de charbon de bois en flamme.
De gros morceaux de viande, du poisson et des légumes étaient alors mis sur les grils directement sur les charbons. Pendant ce temps, les soupes et ragouts mijotaient plus loin dans des pots et casseroles qui reposaient sur des trépieds spéciaux pour les élever au-dessus des braises brûlantes.

Tout l'équipement pour la cuisine, qui est aujourd'hui exposé, a été trouvé dans et autour des cuisines au cours des premières fouilles faites par le Superintendant de Pompéi, Vittorio Spinazzola en 1912. Initialement, Spinazzola laissa tous les objets dans la cuisine, mais ses successeurs les empaquetèrent pour les stocker ailleurs ou les placer dans des vitrines d'exposition dans différentes zones du site.

"Nous sommes ravis que les différentes pièces aient été finalement remises où elles avaient été trouvées et nous sommes certains qu'elles seront appréciées par les touristes modernes, désireux d'apprendre comment les gens vivaient dans l'antiquité" rapporte Massimo Osanna, Superintendant archéologique actuel de Pompéi.

 Morceau de pain carbonisé.

Dans le cadre de la même initiative, d'autres exemples de pratiques culinaires des anciens romains ont aussi été mis en exposition permanente. Les visiteurs peuvent désormais admirer un morceau de pain carbonisé vieux de deux millénaires et admirer un pot en métal contenant les restes fossilisés d'une soupe de haricots fèves et de légumes.
 
Relecture par Digitarium.fr
Source:


Derniers articles sur la civilisation romaine:

8 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour, la photo a pour légende "morceau de pain carbonisé". Il me semble que c'est un pain entier...

Anonyme a dit…

Haricots ? Mais n'ont ils pas été importés d'Amérique ?
Ne serait ce pas plutôt des fèves ?

Jann Lassalle a dit…

Bonjour,

Oui il s'agit plutôt de fèves: j'ai traduit "bean" par haricot au lieu de fève.

J'ai d'ailleurs eu le même soucis dans d'autres articles avec "corn" qui veut aussi bien dire maïs, blé, grain... et dont la traduction précise a son importance selon la région du monde et l'époque abordée.

Merci pour la remarque !

Anonyme a dit…

Bonjour,

Merci pour cet article. "Corn" ne traduit jamais blé en général. On trouve "Seed corn" qui en effet ici réfère au grains de blé que l'on sème mais qui ne traduit pas le blé en général. Par contre, en effet, "corn" peut traduire grains, mais dans ce cas il sera toujours accompagné du nom auquel les grains se réfèrent. Ainsi on dira "pepper corn" pour grain de poivre, etc. Donc si vous avez une phrase du genre "South American populations used to cultivate large fields of corn". Ici "corn" sera forcément traduit par maïs. Come vous le dites, tout dépend du conexte. Par contre, " The farmer keep complaining about his large corn", bon là on traduira par "cor au pied".

Pour "beans" c'est pareil, "beans" traduit en effet les haricots en général. Par contre, les anglophones vont toujours spécifier le genre de haricot dont ils parlent, fève sera alors toujours traduits par "broad bean".

V. Nash

Anonyme a dit…

Re-bonjour,

J'ai lu l'article de source et ils ont utilisé "beans" et non "broad beans". C'est donc une erreur de leur part.

V. Nash

Jann Lassalle a dit…

Bonjour,

Merci pour toutes ces précisions, cela me sera utile dans de prochains articles !

Anonyme a dit…

Bonjour,
Rien de particulier sur cet article, je salue juste M. Lassale pour la qualité de son travail que nous suivons tous sur le blog, et me concernant depuis plusieurs années.
Merci donc :)
François

Jann Lassalle a dit…

Bonjour François,

Merci pour votre commentaire et aussi pour votre fidélité ! C'est toujours encourageant...