1.16.2017

Une carte sur une pierre, vieille de 5000 ans, découverte au Danemark

MAJ 21/01/17
Une mystérieuse pierre découverte dans un fossé sur l'île de Bornholm par des étudiants archéologues au cours de l'été dernier, s'est révélée être une carte vielle de 5000 ans.

La pierre a été mise au jour lors des fouilles archéologiques du tombeau du néolithique de Vasagård.

Une carte sur une pierre, vieille de 5000 ans, découverte au Danemark
La pierre a été trouvée brisée en deux avec une petite partie manquante. Photo: Skalk


La pierre a été étudiée par les chercheurs du Musée National du Danemark. Contrairement à d'autres découvertes similaires, Flemming Kaul, archéologue et chercheur principal du Musée National, est presque certain que la pierre ne montre pas le soleil et ses rayons, mais affiche les détails topographiques d'une coin de nature de l'île telle que c'était entre 2700 et 2900 avant JC.


Des pierres rituelles


Pour Kaul, la pierre n'a aucun parallèle connu. Au cours des dernières années, les fouilles à Vasagård ont révélé plusieurs pierres portant des inscriptions avec des motifs rectangulaires remplis avec différentes rangées de lignes et ombrages. "Certaines des lignes peuvent être la reproduction d'épis de blé ou de plantes à feuilles" ajoute Kaul, "ce ne sont pas des rayures accidentelles; les pierres sont comme des cartes montrant les différentes sortes de champs".

La récente pierre découverte n'est pas complète; elle est en deux parties et l'une d'elles reste manquante.

Les archéologues supposent que les pierres étaient utilisées lors de rituels à l'âge de pierre.


Source:

Derniers article sur le Danemark:

3 commentaires:

Anonyme a dit…

C'est une vieille habitude des archéologues : tout objet inclassable est catégorisé "objet de culte". Dire qu'on ne sait pas ne ferait pas sérieux.

Anonyme a dit…

La carte supposée n'est absolument pas flagrante ; sur quels éléments s'appuie t-il donc pour livrer pareille "hypothèse" ?

Jann Lassalle a dit…

J'ai changé l'image ce jour (21/01/17) car la photo précédente relayée par les médias ne correspondait pas à l'objet retrouvé.