6.06.2013

Huit bateaux préhistoriques découverts en Angleterre


Une flottille de huit bateaux préhistoriques, dont un de près de neuf mètres de long, a été découverte dans une carrière près de Peterborough sur le site de Much Farm.

Ils ont tous été coulés délibérément il y a plus de 3000 ans.

Il s'agit du plus grand groupe de bateaux de l'âge du bronze jamais trouvés sur un même site au Royaume-Uni, et la plupart d'entre eux sont étonnamment bien conservés.


 L'un des bateaux, découverts dans la carrière.

L'un d'eux est recouvert à l'intérieur et à l'extérieur de motifs décoratifs gravés (voir les photos). D'après le conservateur Ian Panter, c'est "comme s'ils avaient joué au morpion dessus".

Un autre a des poignées taillées dans le tronc de l'arbre pour le soulever hors de l'eau.

Un des bateaux flottait encore après 3000 ans, et un autre portait des traces de foyer sur le pont plat et large où les prises étaient probablement cuites.

Plusieurs d'entre eux portaient des signes d'anciennes réparations (comme des "rustines" d'argile...).

Ces bateaux ont été conservés dans la vase gorgée d'eau le long du lit d'un ruisseau desséché, un affluent de la rivière Nene, qui les a enterré profondément sous terre.

"Il y avait une grande effervescence sur le premier bateau", explique Panter, "et puis ils ont téléphoné au bureau en disant qu'ils en avaient trouvé un autre et puis un autre et un autre...".

Les bateaux ont été délibérément coulé dans le ruisseau, car les traverses fermant les poupes, avaient été enlevées. Les archéologues ont du mal à comprendre la signification de cette découverte.

Quelle que soit la raison de cette coutume de l'âge du bronze, elle a perduré pendant des siècles.

L'équipe de l'Unité archéologique de Cambridge (Cambridge Archaeological Unit) attend toujours les résultats des tests de datation au carbone 14. Mais elle estime que la date la plus ancienne des bateaux est environ 1600 avant JC et les plus récents, 600 ans plus tard.

Une offrande rituelle ?

Le ruisseau devait avoir une grande importance (peut-être était-il riche en poissons et anguilles) car, au cours des saisons précédentes, les archéologues ont trouvé des dépôts rituels de métallurgie, dont des pointes de lance.

Les bateaux eux-mêmes ont pu être des offrandes rituelles.
Ils peuvent aussi avoir été coulés pour des raisons plus pragmatiques, comme pour garder le bois gorgé d'eau et l'empêcher de se dessécher et de se fendre lorsqu'il n'est pas utilisé. Mais dans ce cas, il semble étrange qu'ils n'aient jamais été récupérés.

Certains de ces bateaux ont été fabriqués dans d'énormes tronc, dont un chêne qui devait avoir un tronc d'un mètre de diamètre et jusqu'à 20 mètres de hauteur.

Cela devait être un spécimen rare étant donné que le niveau des mers avait augmenté et que le terres se gorgeaient d'eau, modélant ainsi le paysage de Fenland en marais, ruisseaux et îles de gravier.

"Soit c'était le Triangle des Bermudes pour les bateaux de l'âge du bronze, soit il y a quelque chose ici que nous ne comprenons pas encore", estime Panter.

Selon Kerry Murrell, le directeur du site: "Certains montrent des signes de réparation et d'une longue utilisation; mais d'autres sont en si bon état, qu'ils donnent l'impression de pouvoir être utilisés de suite."


Un long traitement avant un exposition permanente.

Etant donné l'état exceptionnel de ces bateaux, ils ont pu être transportés entiers sur 3 kilomètres, dans des berceaux de bois, pour des travaux de conservation sur le site archéologique de Flag Fen.

"Ma première pensée a été de procéder de manière habituelle, c'est-à-dire de les découper en morceaux de taille plus gérable. Mais lorsque je les ai vu, je me suis dit que nous devions trouver une autre façon de faire" explique Panter, qui est expert en bois gorgé d'eau au York Archaeological Trust.

Au lieu de vivre comme des chasseurs et agriculteurs, ces gens sont devenus experts à la pêche: une trappe à anguille a ainsi été trouvée près des bateaux. Elle est d'ailleurs identique à celle utilisée par le dernier pêcheur d'anguilles traditionnel dans la région !

Les bateaux  vont être pulvérisés avec d'éliminer toutes les impuretés pouvant entraîner la décomposition. Ils seront ensuite imprégnés d'une cire synthétique, le polyéthylène glycol, avant d'être progressivement séchés au cours des deux prochaines années. Ils pourront alors être exposés définitivement.

Murrell est convaincu qu'il y a encore plus à découvrir dans la vase: "le ruisseau a continué en dehors des limites de la carrière, il est donc hors de notre site. Mais la prochaine personne qui aura la chance de faire des fouilles trouvera d'autres bateaux, je peux presque le garantir."

Vous pouvez voir quelques photos concernant cette découvertes sur Les Découvertes Archéologiques en Image


Source:

Derniers articles sur l'Angleterre:

  © Blogger template 'Isfahan' by Ourblogtemplates.com 2008

Back to TOP